Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mars 22, 2012

Recueil / la femme elles je / Editions Rafael de Surtis

Éditions Rafael de Surtis


janvier 2012

 la femme elles je

 
Corinne le lepvrier


 IMAGE1 - Copie.jpeg

recueil de poèmes

collection Pour une terre interdire

 12X19, 60 pages

 

  

je ne pourrai jamais plus que l'envergure

de l'ombre de mes mouvements

et la nécessité du sol

 

 

  

quant elle fredonne un chant inaudible

quand ses lèvres se gercent –de son chant inaudible

quant elle tait sa marche au côté de ta folie


    

 

sépare dissocie-moi

–telle une vieille idée

à l'heure qu'il est–

                              intervalle moi

                              entre –moi

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////La

Paul Sanda, directeur des éditions Rafael de Surtis;

Dans ce recueil de poèmes la femme elles je, l’auteure explore sous différentes focales comment dire la femme, sa quête dans son autorisation à vivre et à être jusqu’à l’affirmation d’un Je. Une voix entre doutes et affirmations, l'écriture est précise et dépouillée, un ton rapide et énergique.L'angoisse d'exister est reprise et poursuivie par le langage lui-même.
 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Une note de lecture de Cécile Guivarc'h sur le site Terre à Ciel; http://terreaciel.free.fr/arbre/hep042012.htm

Et je relis avec plaisir Corinne Le Lepvrier que nous avons accueillie à notre table il y a quelques mois avec son recueil la femme elles je chez Rafael de Surtis. Une voix à suivre… La femme qui vit, à travers sa sensualité, sa féminité, ses désirs, celle qui donne la vie, traverse le temps et l’espace, traverse la vie et refuse la mort non pas d'une femme mais de toutes ces femmes qui autant soient-elles ne forment qu'une et une seule femme "je". Et c'est tout cela qui donne sa force au texte, cette quête de la femme par l'auteur qui fouille au plus profond et nous la dit, la femme, elle est.

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Une note de lecture de Rémi Boyer sur le site Incohérism; http://incoherism.owni.fr/

La femme elles je aux Editions Rafael de Surtis. La poésie de Corinne Le Lepvrier est d’une magnifique délicatesse. Les mots précis frappent la gamme des sensations, écartent le bruit des opinions et laissent la pensée prendre le temps du silence. Corinne explore les blessures et en fait jaillir la lumière.

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////

Bon de commande

Nom et Prénom :

Adresse :

Commande :

….. ex. de la femme elles je au prix unitaire de 15 € = ………....…..€, + 3,50 € de port.

 

chèque à l’ordre de Rafael de Surtis 7 rue Saint-Michel – F - 81170 Cordes sur Ciel

Tél. 05 63 53 44 41 / 06 79 65 76 44 / Conditions habituelles pour les Libraires.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Le recueil  sera "présent" au 5ième festival international de poésie actuelle à Cordes sur Ciel (81) les 10 et 11 juillet (2012)

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 
          ***

Leurs vies – bloquées –

dans des petites images

pleines de cheveux de chapeaux

de collants et d’aiguilles

sur des talons errants

Elles

 

          ***

Comment diraient-elles

qu’elles sont nues

– et

que le ciel est à portée de leurs mains de -passage-

 

         *** 

1

Petite au centre de son jupon – fleuri

elle serait assise sur une très grande chaise

si bien que ses pieds ne pourraient atteindre

ni le sol

ni le livre posé sur le sol

 

2

Elle grimperait

sur la table installée sur le tabouret posé sur la

très grande chaise

et ainsi tenter d’atteindre de ses deux mains

une lune de papier

 

3

Elle y écrirait un mot

ne pas regarder le livre au sol

à bout de jambes à bout d’âme

ELLE

en rouge

en déséquilibre

 

4

Son chignon se délacerait

Son jupon – fleuris ses cheveux –

 

       ***

Après tout

L’œuf que je casse

Je leur laisse la terreur et la poussière

L’étoile que j’ouvre

Je prends le bleu du ciel et ma petitesse

Le soleil se regarde dans l’eau de la mer

Moi j’ai une libellule dans l’œil

 

       ***

(Cycles)

 

faire, être, défaire, taire,

ongles mangés, trêve, ongles longs, marques sur soi,

extériorité, conflit, équilibration-accommodation,

elle peigne le cheveu, elle saigne le sang, elle teigne sa dermatose,

naitre là, croissance, maturité, déclin, fin de vie, n'être plus là,

ventre creux, ventre lavé, ventre rebondi,

sans lui, avec lui, sans elle,

dépliée, écartée, lointaine, repliée,

muqueuse en augmentation, libération de l'ovocyte, préparation à la nidification, échec de l'implantation, saignements,

elle parle, elle se tait, elle hèle,

précipitation, ruissellement, recharge, évaporation,

yeux ouverts à perte de vue, trous à la place des yeux, yeux en dedans, clin d'œil,

je suis immortelle, c'est pas vrai, je vais mourir,

 

Publié dans la femme elles je

mars 21, 2012

.