Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2018.08.08

_écrire est aussi vaste que vivre est sa seule frontière _où je me place

anivnéoetbrestetfeteécole 220.jpg

Corinne deux.JPG

Publié dans ACCUEIL

écrits/studio, Session 14, Chenon, du 21 au 25 aout 2018

20228491_584510688605621_6664806904574324925_n.png

A ce jour, trente-quatre poètes qui :
1. écrivent en poésie, ou formes littéraires inclassables
2. utilisent leur propre voix et s'impliquent physiquement
3. mettent les mains dans le cambouis du son (enregistrement, montage...)

Session n°14 à Chenon (Charente)
(prise en charge par Isabelle Pinçon) du 21 au 25 août 2018
avec Brigitte Baumié, Bernard Bretonnière, Patrick Dubost, Corinne Le Lepvrier, Béatrice Machet, Patrick SAPIN

 

http://ecritsstudio.free.fr/

compréhensions_appréhensions#57

WP_20180710_14_13_50_Pro.jpg

2015-06-22 13.00.13.jpg

 photographies Corinne LL / juillet 2018

s'il y eut bataille, mort avant le premier sang ?

2018.08.01

Baie des plumes / salon de la poésie et des livres / Douarnenez / 2,3,4 aout 2018

La deuxième édition du salon de la poésie et du livre installe son village sur la place de l’Enfer

29196541_1462668870527996_4165584931744671847_n.jpg

les auteurs
Claude Ansgari - Séverine Auffret - Luc Baron – Louis Bertholom - Annaig Baillard Gwernig - Henri Bihan - François Boddaert - Thierry Bodin Hullin - Jacques Blanken - Jean Claude Caër - Gérard Camoin - Pascal Commere - Jean Arnault Derens - Bernard Dilasser - Lionel Ducos - Virginie Gautier - Mélanie Giotto-  Laurent Girault Conti - Guy Goffette - Bruno Grégoire - Karim Haouadeg - Cécile A. Holdban - Anne Josée Lemonnier - Nicole et Felix Le Garrec - Daniel Kay - Mehdi Lallaoui - Corinne Le Lepvrier - Charles Madezo - Brigitte Maillard - Emmanuel Moses - Jean -Pierre Nedelec - Elisabeth Pasquier - Fabrice Pataut - Gilles Plazy - Denis Péan - Isabelle Pinçon – Ronan Robert - Jean Rouaud – Mona Thomas - Hélène Sanguinetti - Sophie Saulnier -
 

les éditeurs

Editions Rougerie -

Editions Isabelle Sauvage -

Editions La Sirène Étoilée -

Editions Raz -

Editions Vivre tout Simplement -

EditionsVoltije Editions Ltd -

Editions Stephane Batigne-

Editions Le Chemin de fer -

Editions Gallimard -

Editions Géorama -

Editions Les Hauts Fonds -

Editions Interférences -

Editions Le Lampadaire -

Editions Lanskine –

Revue Editions Littérales -

Editions Al Manar -

Editions Le Mot et le Reste –

Editions Au Nom de la Mémoire -

Editions Obsidiane -

Editions l'Oeil Ébloui -

Editions La Part Commune -

Editions Le Phare du Cousseix -

 

Jeudi 2 août. Le festival proposera des ateliers écritures animés par Mona Thomas, à 14 h 30, au local associatif, 5, rue Sébastien-Velly. Aux abords de la place de l’Enfer, dans le Port-Musée, à partir de 14 h 30 et jusqu’à 18 h, quatre lectures sont programmées. La première sera animée par Guy Goffette, primé en 2010 du Goncourt de la poésie. Jean-Pierre Nédélec prendra le relais à 15 h 30, suivi de Gilles Plazy. Corinne Le Lepvrier clôturera la première journée de lecture (dès 17H15).

Dans la salle de l’auditorium de la médiathèque, à 15 h 30, Séverine Auffret présentera son dernier livre « Une histoire du féminisme de l’Antiquité grecque à nos jours ». Ouvrage qui a reçu le prix spécial du jury Simone Veil. Dehors, place de l’Enfer, le village de la poésie sera animé par le groupe Les Égarées, dès 18 h 30. Au même moment sur les quais du Port Rhu « 30’ d’insomnie » fera vibrer le Bris glace. Le groupe sera aussi présent vendredi et samedi. Stances prendra le relais au village de la poésie à 21 h, en présence de Jean Rouaud, prix Goncourt en 1990.

Vendredi 3 août. Baie des Plumes proposera de commencer la journée en douceur, dès 9 h 30, avec le petit-déjeuner des poètes. Dans plusieurs cafés, galeries ou boulangeries de l’hyper-centre, les artistes conteront leurs œuvres. L’auditorium de la médiathèque accueillera deux films et des cinéastes. Le premier film sera diffusé à 11 h.

Il raconte la vie de Georges Perros, écrivain et comédien français qui a prêté son nom à la médiathèque douarneniste. Le film sera également diffusé samedi à 9 h 30, au même endroit. À 14 h, Medhi Lallaoui et Florence Madec présenteront le film « De Calais à Cancale », toujours à l’auditorium.

En parallèle, toujours au local associatif, Mona Thomas reprendra ses ateliers écritures dès 14 h. Elle donne rendez-vous à la même heure le samedi. À14 h, les lectures continueront au Port-Musée, notamment avec Hélène Sanguinetti qui précédera Denis Péan. Charles Madezo et Virginie Gautier sont prévus respectivement à 16 h et 17 h. Les sculptures du projet « Terre de l’homme » de Lionel Ducos seront présentées au village de la poésie, place de l’Enfer à 15 h. Jean Rouaud parlera de son ouvrage « La splendeur escamotée de frère cheval », à l’auditorium, à 16 h. Plusieurs concerts sont programmés dans la soirée, notamment celui de Nolwenn Korbell à l’auditorium, à 21 h (Tarif : 12 €).

Samedi 4 août. La journée commencera de la même manière avec le petit-déjeuner des poètes à 9 h 30. L’écrivain Thierry Gillyboeuf sera en conférence, à 11 h, à l’auditorium pour présenter « Quarto Perros ». Entre les bateaux du Port-Musée, les lectures reprendront, dès 14 h, avec Cécile A. Holdban. Isabelle Pinçon prendra le relais à 15 h et les éditions Obsidian fermeront la marche à 16 h. Sur les quais du Port-Rhu, le public retrouvera, à 15 h, Sophie Hoarau. La soirée de clôture, place de l’Enfer, sera animée par Claude Couamme et Cristine Merienne (Entrée : 10 €).

2018.06.26

comment dire ? une écriture avec Jean-Christophe Belleveaux, et photographies de Corinne LL

comment dire ? parution juillet 2018

couv COMMENT DIRE b.jpg

extrait

non vraisembla-blablement je me trompe la nuit je ne meurs pas il ne faut pas croire les fantômes       je reste davantage ici je vieillis ce que peut un corps franchir [sans se cogner]       et je parle à des roses pas longtemps le temps d’un papillon et j’écris des roses en rouge       non on ne peut pas dire la nuit je ne meurs pas

papillons papillons       Sphinx tête de mort ou grand beau Machaon       à voleter dans l’espace       papillons dans le ventre       étoiles dans les yeux       je ne jamais       je ne cesse       le soir me rassure dans ses allitérations       me dilue dans ses ailes déployées       non je ne meurs pas

 

ISBN : 979-10-94617-13-7, 12 euros

les éditions La sirène étoilée

lasirene.etoilee@orange.fr

 Commande : auprès de l'éditeur, en librairies ou encore un mail vers l'auteure (frais de port inclus)  corinne.lelepvrier@orange.fr

 

 

Publié dans comment dire ?

collages série (en dehors d'écrire) il m'arrive de distribuer des papillons © / avril 2018

tailles ; 20X30, 18X24, 14X20, 10X13

prélèvements-découpes in revues "Télérama" et "Réalités"

feutres poska

 

à propos

"Ecrire ou coller, aucune différence", "Sortir de l'impasse", Herta Muller

Parfois ce que je préfère, de loin, c’est découper des corps comme ce serait une espèce de chirurgie (plastique) ; je fais bien attention de bien suivre les pourtours, de ne pas déborder sur le contexte du corps (dont d'ailleurs vite je me débarrasserai), attention à ne pas déchirer, entailler ; il a déjà ses éraflures. Au passage s’il y a quelques mots je les lirai volontiers s’ils sont beaux à regarder. Et puis, comme ce serait une espèce de bonheur, replacer-coller le corps dans un paysage, quelque part ailleurs que je surligne d’un peu d’or ou de blanc, d’autant plus qu’il y aura des papillons parfois pas toujours. (comme ce serait une espèce d’écriture iconique). Bientôt je n’aurai plus de papillons dans ma besace, bientôt je sectionnerai des membres de phrases.

 

#60, format 20X30 ©

53 - Copie.jpg

 #53, format 20X30 ©

55.jpg

 

 la série existe jusque : # 64

 

#35, format 20X30 ©

60 - Copie.jpg

#34, format 18X24 ©

48 - Copie.jpg

#34, format 18X24 ©

31 - Copie.jpg

#33, format 18X24 ©

54 - Copie.jpg

#32, format 18X24 ©

45 - Copie.jpg

#31, format 14X20 ©

32.jpg

   #30, format 14X20 ©

51 - Copie.jpg

 #29, format 10X13 ©

49 - Copie.jpg

 #28, format 20X30 ©

33 - Copie.jpg

#27, format 14X20 ©

52.jpg

#26, format 10X13 ©

46 - Copie.jpg

  #25, format 20X30 ©

20 - Copie.jpg

 #24, format 14X20 ©

47 - Copie.jpg

 #23, format 14X20 ©

44 - Copie.jpg

 #22, format 10X13 ©

43 Copie.jpg

 #21, format 18X24 ©

38 - Copie.jpg

  #20, format 20X30 ©

35 - Copie.jpg

  #19, format 20X30 ©

1 - Copie.jpg

 #18, format 10X13 ©

30 - Copie.jpg

#17, format 14X20 ©

25 - Copie.jpg

 #16, format 20X30 ©

8 - Copie.jpg

 #15, format 14X20 ©

23 - Copie.jpg

#14, format 10X13 ©

28 - Copie.jpg

 #13, format 14X20 ©

36 - Copie.jpg

  #12, format 20X30 ©

13 - Copie.jpg

  #11, format 20X30 ©

6 - Copie.jpg

 #10, format 20X30 ©

16 - Copie.jpg

    #9, format 20X30 ©

15 - Copie.jpg

 #8, format 20X30 ©

10 - Copie.jpg

 #7, format 20X30 ©

11.jpg

#6, format 20X30 ©

3 - Copie.jpg

#5, format 20X30 ©

4 - Copie.jpg

 #4, format 20X30 ©

2 - Copie.jpg

 #3, format 20X30 ©

9 - Copie.jpg

 #2, format 20X30 ©

7 - Copie.jpg

  #1, format 20X30 ©

5 - Copie.jpg

 

 

 

 

Publié dans _COLLAGES SERIE I

2018.04.29

Equivoxes mars 2018, Le Pot aux roses, Quimper

Avant hier et hier Le Pot aux Roses, c'est encore aujourd'hui Katia (Bouchoueva), russe de Grenoble très Ok avec ses anges, chemise et ongles rouges, elle et nous autres de son énergie, et Kossi (Efoui) très mince un autre notre monde grosses godasses et tatouages comme notre passé et/ou notre futur, mains ornées de bagues touareg ou d’Afghanistan parlant des femmes, de leurs lèvres, et des hommes et de l’invisible pour faire une enfant, et un petit peu lui et moi parler encore d’il n’y a pas que les livres un joint d’herbe sous l’arbre qui finalement n’est pas un acacia, et Virginie (Gautier) lisait son regard précis sous le grand arbre ses paysages confiant références, rencontres et doutes affirmés sous le regard de maris et d'amis et d'enfants et pas que à l'approche (voix qui désire aller quelque part) comme une circulation, que cela est encore plus beau alors que Ktaja (Fleig) dansait pendant que Ktaja (Fleig) dansait, nous autres écoutions regardions comprenions, et celle qui comme Zones intimes à Défendre (c'est elle qui le dit) Frédérique (de Carvahlo) a lu aussi dans la pénombre ressemblait à Patti Smith cheveux tout blancs (les miens commencent) et m'a dit plus tard il faut finir les textes. Et cette femme dont je ne me souviens pas le nom et qui ne désire pas je crois que l’on retienne son nom qui chantait-criait-pleurait-riait-se taisait déjà accompagnée, s’accompagnait de trois notes faisant vibrer trois cordes d’un instrument sans aucun doute africain : Il y a des jours d'équilibre, il y a des jours où le lendemain et l'après lendemain on pleure, des choses sont arrivées. Si bien que je me dis : nous sommes des gens nous les humains les connaissances et tant de spécialistes alors il y a-t-il quelqu’un qui saurait me dire pourquoi mon père appelait ma mère Claudie alors que toute le monde l’appelait Marie-Claude. Et pourquoi si ne j’écris pas cela quelque part je vais mourir.

Publié dans TEXTES HORS CATEGORIE

2018.03.03

extrait de © nous autres _ pas sauf oiseaux peut-être

26230307_1052286108247638_8039982663623651130_n.jpg

in N47 n°31, janvier 2018

 merci à N47 qui clôture 15 années de riche existence

 

Revue N47  

directeur publication : C. Vogels 

23 Port du grand large, Les Ponts de Cé 49130  

Contact : n4728@zythurnz.fr 

Le numéro : 12 euros

Publié dans en revues, en ligne