Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

juin 24, 2013

Recueil / Les multiples passages / Editions Eclats d'encre

© Les multiples passages, mars 2013, Editions Eclats d'encre

 

Au fil du deuil et de la disparation, poème narratif se faisant dans le mouvement alterné de séquences de vers brefs et de passages en prose. Les multiples passages, la matière poétique, une érosion.

 


 

 

lesmultiplespassages.jpg

 

la mer

 

un café pas trop serré sur la petite table en acajou de ta mère, être là précisément où et quand bondit la lumière, puis s'étire lèche ses pattes, aujourd'hui lire le journal presque en entier, le cœur vibrer encore, tu ronronnes presque, pourtant tu n'aimes pas les chats

 

les premiers jours d'automne

les escaliers

 

assis en attendant que je rentre dans l'ascenseur "profite de l'existence", comme c'est long tu ajoutes "moi j'ai bien profité", debout dans la cage je ne suis pas d'accord avec les deux phrases, on va se perdre d'abord toi

 

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

L'éditeur; Sandrine Fay;une grande force, on en ressort pas indemne.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Une note de Jacques Josse (Editions Wigwam); Les multiples passages, poèmes de deuil mais également belle et toute présence d'une écriture juste et ciselée que j'apprécie.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Une note de Cécile Guivarc'h (site Terre à ciel)

Aux éditions Eclats d’encre, Corinne Le Lepvrier a également publié Les multiples passages. Dans ce livre au père, on ne sait pas d’emblée ce que la langue cherche à nous dire. On s’en approche parfois mais on n’en est pas toujours sûr. Il y a ce « tu » qui nous sème le doute et c’est au fil des pages que cela s’affirme. La langue va par à-coups, comme la mort arrive pas à pas. Elle se trouve parfois dans un sas ou contre une paroi car se heurter se peut souvent. Ici, la langue ne cherche pas mais restitue la fin de la vie d’un homme, ses derniers mouvements, ses dernières paroles. Tout tient dans ces derniers instants, avec cette tentative de retenir ce qui peut l’être encore. Les petits détails anodins et les bouts de phrases prononcées au quotidien donnent pourtant vie au texte. Dans la dernière partie, vient le temps de l’absence et de la disparition. Et pour le dire, les images sont belles : « un arbre construit son ombre ».
Beaucoup d’émotion dans ce très beau texte. « Le vide existe-t-il ? ». Corinne Le Lepvrier écrit « combien de fois écrirai-je ce texte ? », car elle écrira encore et creusera le sillon.

 
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////
  

Commande de l'ouvrage

prix du livre : 12€

Numéro ISBN : 978-2-914258-80-7

auprès de l'éditeur Eclats d'encre
            01.34.93.40.71
http ://www.eclatsdencre.com 

également chez votre libraire ou sur les sites
> www.fnac.com <
> www.amazon.fr <

ou auprès de l'auteure (auquel cas dédicacé) par mail

corinne.lelepvrier@orange.fr

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Une dédicace de l'ouvrage aura lieu lors du marché de la poésie de Paris en juin 2013

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    

     ***

le drap long jusque sous ton cou, tes mains maintenues serrées frêles, mieux vaut laisser la tête dans l'axe du corps, on ne sait jamais, un soupir, une pensée peut-être

 

allongé

un équilibre

un centre

un peu

 

des feuilles sèches et des châtaignes disposées sur la table de nuit, te saisir étendu à côté de l'automne, des dessins des enfants au mur, te saisir troublé au côté du temps

      

      ***

depuis quand les arbres sans feuilles

en automne

 

quand est-ce -que ça commence-

qu'on meurt

 

ça est là à un moment

 

donné

 

pris

 

on s'arrête lorsqu'on est arrivé

ça tombe sous le sens

 

on tombe

      

      ***

le moment précis où l'on se laisse tomber

on a jauni, on a la souplesse d'une feuille, le bouleversement des structures, on ne tient plus, yeux ouverts ou fermés tombent, ça n'a plus de perception de sensation d'être là, trop d'ombres en soi il fait froid, coups portés de l'intérieur, tant de choses déjà mortes, on est prêt, ce silence qui se veut en dedans, il n'est pas encore envisageable de mourir encore davantage, on est que contenu à ce qui n'existe plus, on avait dit qu'on le ferait, mourir,

 

ou (inclusif) bien

 

le moment précis où l'on tombe

le vent dans l'arbre, le poids d'une goutte de pluie, la fragilité des attaches, on n'est plus tenu, yeux ouverts ou fermés tombent, ça n'a plus de signification de direction d'être là, trop d'ombres autour de soi il fait froid, coups portés de l'extérieur, les oiseaux ne viennent plus, les autres sont prêts, ce silence qui approche, par la force des choses, on est que contenant à ce qui n'existe plus, on nous avait prévenu, c'est une saison pour mourir,

 

mourir de soi-même

mourir du reste

ça a toujours été ça

 

on meurt parce qu'on meurt

 

      **

Publié dans Les multiples passages