Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

juil. 10, 2013

recueil / langues je viens / éditions La porte

© langues je viens, petite prose poétique, Editions La porte, mai 2013

 

IMG_0002.jpg

 

je viens d’Andersen et d'un hibou aux grands yeux

je suis la petite fille aux allumettes

je suis une sirène

 

je viens de la langue des villes qui ne se reconstruisent pas

de la langue de Brest-même ce qu'il en reste

je viens de la langue des troquets et des bastons

langues qui boivent langues en recherche d’ivresses                                   liquides bordant l'océan langues qui                              tangent

et je leur tire la langue

 

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Une note de lecture de Cécile Guivarc'h (site Terre à ciel)

Comme on parle de langue, celle de Corinne Le Lepvrier arrive à point, avec Langues / je viens. Ici nous sommes en plein dans la question de la langue, celle d’où l’on vient, des origines, du pays d’où l’on vient, de nos ancêtres, du père, de la mère, celle qui vient des contes, des histoires, de l’histoire, des livres, de l’amour, de la maternité, des malentendus. Corinne Le Lepvrier tourne et retourne la langue comme si elle cherchait à la faire venir à elle ou à la fouiller pour y découvrir quelques secrets cachés : « je suis une langue qui quitte et recommence ». La langue de l’enfance n’est pas oubliée avec Andersen ou l’utilisation de formules plus enfantines : « je leur tire la langue ». En plus d’être une langue qui fouille, celle de Corinne Le Lepvrier se construit de recueils en recueils, « je fabrique une langue » on n’a pas fini de l’entendre parler !

"je cherche une langue à vivre et à mourir
 / je cherche une langue à ne pas écrire / une langue limitée à ce qu'elle est / je cherche une langue sans mots / une langue faite d’eaux triangles d’oiseaux au bord d’une feuille pointe d’un champ de tournesols / j’espère une langue à côté de la langue
 / je désire nos langues en dehors de nos bouches / une langue tendue entre les cordes de mes seins"

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

16 pages

3,75 euros

Commande : Editions La Porte

 Yves Perrine, 215 rue Moise Bodhuin, 02000 Laon

les 6 numéros annuels 18

Publié dans langues je viens

Les commentaires sont fermés.