30/12/2012

compréhension-appréhension # 2

 enfance.jpg

photographie / Jean-Louis Millet / 2005

 

I ; à même le plancher arrive

 

il n'y a rien entre les lattes

interroger loin ne contredit pas

mais presse la marche

sans corps vers

hier les ourlets de ta bouche, de tes joues, de tes yeux

ange blanchi de ton histoire

à même le plancher arrive

ton visage accoté peut-être à une araignée

 

 

II; tête à même le plancher

 

depuis le berceau nous nous sommes lovés

-nous étions des anges-

l'enfance en sa couverture en son creux

nous avons sommeillé nous avons levé les bras vers le ciel

surpris les visages épanchés nos pères nos mères

appris à les reconnaitre nous avons saisi leurs mains

nous nous sommes émerveillés nous avons aimé -grain de beauté rouge-

nous nous sommes repus nous avons eu faim mal au ventre

nous avons pleuré crié nous avons vomi depuis

le berceau l'enfance -blanche n'est pas transparente-

nous écrivons nous lisons notre vie nous oublions nous avons oublié

-nous nous sommes-

depuis nous n'avons plus d'équilibre

nous ne marchons pas

tête à même le plancher

nous les hésitants à nous endormir

 

 

in site Au hasard des connivences, Jean-Louis Millet, janvier 2013

 

extraits du recueil à paraitre aux éditions La Porte en automne 2013 ; -un brin mélancolique- 

Les commentaires sont fermés.