Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2012.07.20

dedans-dehors #18

P1040098.JPG

photographie / Corinne LL, Essaouira, 09 / 2009

 

nous le savons que le ciel et le temps ne finissent

pas

évident de savoir où ils commencent ;

 

Publié dans _DEDANS-DEHORS

dedans-dehors #16

 P1040256.JPGP1040246.JPGP1040252.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Photographies / Corinne LL, Essaouira, 09/2009

 

 

on était le contenu le contenant les frontières

s'estompaient

comme terre mer et ciel

en accord -définitif- sur une couleur

-on voulait pas devenir le paysage-

 

Texte publié, in revue 7 à dire n°52, septembre 2012

 

Extrait du manuscrit à paraitre en automne 2013 aux éditions Lanskine ; Pourquoi la vie est si belle ? (avec Néo et un peu d'oiseaux -pour aider-)

Publié dans _DEDANS-DEHORS

dedans-dehors #17

Besidiler : terme utilisé exclusivement par les hommes. Tout en conduisant, chercher l'endroit précis au bord de la route entre Essaouira et Sidi Kouaki, où s'arrêter pisser. Quête qui peut s'avèrer longue, notamment du point de vue du coéquipier.

El zalâtag : pensé fulgurante qui s'impose à un moment ou un autre à un conducteur d'une voiture de location alors qu 'il roule sur un chemin extrêmement caillouteux de Sidi Kouaki à la recherche du café-restaurant "les pierres bleues". Zalatag signifie : Putain ! pourvu qu'il y ait une roue de secours.

Khbâver : tenter d'écrire sur une petit carnet dans une voiture de location surfant entre les pierres bleues qui jalonnent le chemin extrêment caillouteux qui doit mener à un café-restaurant, quand son co-équipier est atteint d'une zalatag.

 

Pimagic-super-photo (20).png

P1040264.JPG                            

photographies / Corinne LL, Essaouira, 09/2009

Publié dans _DEDANS-DEHORS

dedans-dehors #11

© Texte publié dans "La femme elles je", Ed Rafael de Surtis, 2002

 

vastes I

 

dedans

emplis de filaments et de serrements illisibles

entrants sortants en plis d'histoires de ponts et de vies

 

pré-occupées

en amont occupées

vastes de

déjà là

étant donnés que

 

                                               territoires assiégées

                                               levez le pont-levis

 

Publié dans _DEDANS-DEHORS

dedans-dehors #10

 IMAGE1 - Copie.jpeg

 collage ELLES ET JE / Corinne LL 2010

 

 

© Texte publié dans "La femme elles je", Ed Rafael de Surtis, 2002

 

elle s'exhausse de la terre

elle s'espère jusqu’à l’azur

 

couloir de chairs

–creusé dans une eau de nuit–

que l'homme emprunte –volontiers–volontairement–

 

elle est l’en dedans, l’en dehors

l’intime, l’extime

lieu où les rencontres

 

 

fantasme –probablement– replié en son centre

 

elle est

devine

Publié dans _DEDANS-DEHORS

2012.06.03

dedans-dehors #15

 couped'arbreTEXTE.jpg

Photographie / Corinne LL, Bali, 02/2012

 

ce n'est qu'au contact avec un dehors que ma pensée devient résolutive ;

Publié dans _DEDANS-DEHORS

2012.05.31

dedans-dehors #14

D'une photographie prise entre Essaouira et le village de Sidi Kouaki, Maroc, novembre 2011
à
l'illustration du recueil "Asymptotes : L'écriture, la mère, tendre (vers elles) sans atteindre jamais"

 

marrakech2005 163.jpgmarrakech2005 163 - Copie.jpgmarrakech2005ddddd 163.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

recueilasymptote.jpg

Publié dans _DEDANS-DEHORS

2012.04.26

dedans-dehors #09

 femmevolante4.jpg

collage ELLES ET JE / Corinne LL 2010 

 

© Poème publié dans "La femme elles je", Ed Rafael de Surtis, 2012

 

là où quelque chose

de nos respirations frissonnantes

hypothèses sur la balançoire

invente notre langue de demain

 

            là où quelque chose

            nous saisit –femmes–

            végétations de ciels voilés

            à la conquête de l'autorisation

            –comme une herbe enroulée–

                                                           C'est là

 

Publié dans _DEDANS-DEHORS