Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2013.01.21

compréhension-appréhension # 7

Pimagic-super-photo (21).pngPimagic-super-photo (22).pngPimagic-super-photo (24).png

 

 

photographies de Corinne LL / Maroc, Essaouira, 2009

questions de la nuit et du jour

questions de la lumière et de la pénombre

questions d'éclairage 

 

2013.01.18

compréhension-appréhension # 6

DSCF7907 - Copie.JPG

tableau / René Le Lepvrier

 

J'ai accroché tes deux derniers tableaux dans ma chambre ; pas loin de mon lit ; ajout de blanc.

 

Connivence à l'apparence nouvelle.

 

J'ai pris en photo tes tableaux, des titres émergent ; ajout de toi.

 

Nos vies, nos textes fragiles.

 

Les phrases de Néo sont la pluie qui humecte les jeunes pousses dans mon jardin.

 

Les nuages sont plus lumineux qu’avant ; il m’en reste quelques morceaux dans l’œil.

 

Encadrements par du blanc d'une grande évidence.

 

Extrait de "Pourquoi la vie est si belle ? (avec Néo et un peu d'oiseaux -pour aider-)à paraitre en automne 2013

 

2013.01.16

compréhension-appréhension # 5

Pimagic-super-photo (4).pngPimagic-super-photo (3).png 

photographies de Corinne LL / Irlande, Baie de Dingle, 2008

 

 temps qu'il joue à saute-moutons sur nos dos ;

  

compréhension-appréhension # 4

Pimagic-super-photo (15).pngPimagic-super-photo (13).png

  

 

 

 

 

 

 

photographies de Corinne LL / Cap Ferret, déc 2012

 

tu peux toujours en ajouter ;

après la virgule

développement illimité

de l'insensé des strates du temps du cri

 

extrait d'un recueil en cours d'écriture Marches et/ou vacillations

compréhension-appréhension # 3

Pimagic-super-photo (14).png

photographie / Corinne LL / Cap Ferret, déc 2012

 

temps qui pousse appuie ne repousse pas ;

 

2012.12.30

compréhension-appréhension # 2

 enfance.jpg

photographie / Jean-Louis Millet / 2005

 

I ; à même le plancher arrive

 

il n'y a rien entre les lattes

interroger loin ne contredit pas

mais presse la marche

sans corps vers

hier les ourlets de ta bouche, de tes joues, de tes yeux

ange blanchi de ton histoire

à même le plancher arrive

ton visage accoté peut-être à une araignée

 

 

II; tête à même le plancher

 

depuis le berceau nous nous sommes lovés

-nous étions des anges-

l'enfance en sa couverture en son creux

nous avons sommeillé nous avons levé les bras vers le ciel

surpris les visages épanchés nos pères nos mères

appris à les reconnaitre nous avons saisi leurs mains

nous nous sommes émerveillés nous avons aimé -grain de beauté rouge-

nous nous sommes repus nous avons eu faim mal au ventre

nous avons pleuré crié nous avons vomi depuis

le berceau l'enfance -blanche n'est pas transparente-

nous écrivons nous lisons notre vie nous oublions nous avons oublié

-nous nous sommes-

depuis nous n'avons plus d'équilibre

nous ne marchons pas

tête à même le plancher

nous les hésitants à nous endormir

 

 

in site Au hasard des connivences, Jean-Louis Millet, janvier 2013

 

extraits du recueil à paraitre aux éditions La Porte en automne 2013 ; -un brin mélancolique- 

2012.12.19

compréhension-appréhension # 1

désert.jpeg

photographie / anonyme

 

; tout à coup congruence du pied du pas du paysage du visage la marche esquissant un pas de danse

 

 

extrait du recueil en cours d'écriture marches et/ou vacillations

 

2012.07.27

compréhension-appréhension # 11

marrakech2005 134.jpg

photographie Corinne LL / Marrakech 2005

 

il nous faut recommencer

 

je n'ai pas de seins sur mon thorax

je ne porte pas de barrettes dans mes cheveux

–je n'en ai jamais eu–

je ne crains pas la terre ni l'enfant ni l'homme

là est le malentendu

 

il faut recommencer affirme-t-elle

chaque couplet

le texte

car les poèmes à venir de mon cou

 

et ne coïncider avec rien

            jusqu'à ce que

            sans semblables

            nous

 

poème issu de ; la femme elles je, publié en 2012