Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2013.07.10

recueil / langues je viens / éditions La porte

© langues je viens, petite prose poétique, Editions La porte, mai 2013

 

IMG_0002.jpg

 

je viens d’Andersen et d'un hibou aux grands yeux

je suis la petite fille aux allumettes

je suis une sirène

 

je viens de la langue des villes qui ne se reconstruisent pas

de la langue de Brest-même ce qu'il en reste

je viens de la langue des troquets et des bastons

langues qui boivent langues en recherche d’ivresses                                   liquides bordant l'océan langues qui                              tangent

et je leur tire la langue

 

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Une note de lecture de Cécile Guivarc'h (site Terre à ciel)

Comme on parle de langue, celle de Corinne Le Lepvrier arrive à point, avec Langues / je viens. Ici nous sommes en plein dans la question de la langue, celle d’où l’on vient, des origines, du pays d’où l’on vient, de nos ancêtres, du père, de la mère, celle qui vient des contes, des histoires, de l’histoire, des livres, de l’amour, de la maternité, des malentendus. Corinne Le Lepvrier tourne et retourne la langue comme si elle cherchait à la faire venir à elle ou à la fouiller pour y découvrir quelques secrets cachés : « je suis une langue qui quitte et recommence ». La langue de l’enfance n’est pas oubliée avec Andersen ou l’utilisation de formules plus enfantines : « je leur tire la langue ». En plus d’être une langue qui fouille, celle de Corinne Le Lepvrier se construit de recueils en recueils, « je fabrique une langue » on n’a pas fini de l’entendre parler !

"je cherche une langue à vivre et à mourir
 / je cherche une langue à ne pas écrire / une langue limitée à ce qu'elle est / je cherche une langue sans mots / une langue faite d’eaux triangles d’oiseaux au bord d’une feuille pointe d’un champ de tournesols / j’espère une langue à côté de la langue
 / je désire nos langues en dehors de nos bouches / une langue tendue entre les cordes de mes seins"

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

16 pages

3,75 euros

Commande : Editions La Porte

 Yves Perrine, 215 rue Moise Bodhuin, 02000 Laon

les 6 numéros annuels 18

Publié dans langues je viens

2013.07.09

collages

2013.07.01

dedans-dehors # 30

 

2013-04-20 20.07.47.jpg2013-04-20 20.07.26.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

photographie / Corinne LL 2013 / St Nazaire-Paris

 

vue la rapidité il y a de grands draps étendus dans son paysage

est-ce donc aujourd'hui la tournée de blanc, la grande lessive

Publié dans _DEDANS-DEHORS

2013.06.24

Recueil / Les multiples passages / Editions Eclats d'encre

© Les multiples passages, mars 2013, Editions Eclats d'encre

 

Au fil du deuil et de la disparation, poème narratif se faisant dans le mouvement alterné de séquences de vers brefs et de passages en prose. Les multiples passages, la matière poétique, une érosion.

 


 

 

lesmultiplespassages.jpg

 

la mer

 

un café pas trop serré sur la petite table en acajou de ta mère, être là précisément où et quand bondit la lumière, puis s'étire lèche ses pattes, aujourd'hui lire le journal presque en entier, le cœur vibrer encore, tu ronronnes presque, pourtant tu n'aimes pas les chats

 

les premiers jours d'automne

les escaliers

 

assis en attendant que je rentre dans l'ascenseur "profite de l'existence", comme c'est long tu ajoutes "moi j'ai bien profité", debout dans la cage je ne suis pas d'accord avec les deux phrases, on va se perdre d'abord toi

 

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

L'éditeur; Sandrine Fay;une grande force, on en ressort pas indemne.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Une note de Jacques Josse (Editions Wigwam); Les multiples passages, poèmes de deuil mais également belle et toute présence d'une écriture juste et ciselée que j'apprécie.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Une note de Cécile Guivarc'h (site Terre à ciel)

Aux éditions Eclats d’encre, Corinne Le Lepvrier a également publié Les multiples passages. Dans ce livre au père, on ne sait pas d’emblée ce que la langue cherche à nous dire. On s’en approche parfois mais on n’en est pas toujours sûr. Il y a ce « tu » qui nous sème le doute et c’est au fil des pages que cela s’affirme. La langue va par à-coups, comme la mort arrive pas à pas. Elle se trouve parfois dans un sas ou contre une paroi car se heurter se peut souvent. Ici, la langue ne cherche pas mais restitue la fin de la vie d’un homme, ses derniers mouvements, ses dernières paroles. Tout tient dans ces derniers instants, avec cette tentative de retenir ce qui peut l’être encore. Les petits détails anodins et les bouts de phrases prononcées au quotidien donnent pourtant vie au texte. Dans la dernière partie, vient le temps de l’absence et de la disparition. Et pour le dire, les images sont belles : « un arbre construit son ombre ».
Beaucoup d’émotion dans ce très beau texte. « Le vide existe-t-il ? ». Corinne Le Lepvrier écrit « combien de fois écrirai-je ce texte ? », car elle écrira encore et creusera le sillon.

 
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////
  

Commande de l'ouvrage

prix du livre : 12€

Numéro ISBN : 978-2-914258-80-7

auprès de l'éditeur Eclats d'encre
            01.34.93.40.71
http ://www.eclatsdencre.com 

également chez votre libraire ou sur les sites
> www.fnac.com <
> www.amazon.fr <

ou auprès de l'auteure (auquel cas dédicacé) par mail

corinne.lelepvrier@orange.fr

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Une dédicace de l'ouvrage aura lieu lors du marché de la poésie de Paris en juin 2013

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    

     ***

le drap long jusque sous ton cou, tes mains maintenues serrées frêles, mieux vaut laisser la tête dans l'axe du corps, on ne sait jamais, un soupir, une pensée peut-être

 

allongé

un équilibre

un centre

un peu

 

des feuilles sèches et des châtaignes disposées sur la table de nuit, te saisir étendu à côté de l'automne, des dessins des enfants au mur, te saisir troublé au côté du temps

      

      ***

depuis quand les arbres sans feuilles

en automne

 

quand est-ce -que ça commence-

qu'on meurt

 

ça est là à un moment

 

donné

 

pris

 

on s'arrête lorsqu'on est arrivé

ça tombe sous le sens

 

on tombe

      

      ***

le moment précis où l'on se laisse tomber

on a jauni, on a la souplesse d'une feuille, le bouleversement des structures, on ne tient plus, yeux ouverts ou fermés tombent, ça n'a plus de perception de sensation d'être là, trop d'ombres en soi il fait froid, coups portés de l'intérieur, tant de choses déjà mortes, on est prêt, ce silence qui se veut en dedans, il n'est pas encore envisageable de mourir encore davantage, on est que contenu à ce qui n'existe plus, on avait dit qu'on le ferait, mourir,

 

ou (inclusif) bien

 

le moment précis où l'on tombe

le vent dans l'arbre, le poids d'une goutte de pluie, la fragilité des attaches, on n'est plus tenu, yeux ouverts ou fermés tombent, ça n'a plus de signification de direction d'être là, trop d'ombres autour de soi il fait froid, coups portés de l'extérieur, les oiseaux ne viennent plus, les autres sont prêts, ce silence qui approche, par la force des choses, on est que contenant à ce qui n'existe plus, on nous avait prévenu, c'est une saison pour mourir,

 

mourir de soi-même

mourir du reste

ça a toujours été ça

 

on meurt parce qu'on meurt

 

      **

Publié dans Les multiples passages

2013.05.28

Plaquette / -36° édition -la vachette alternative-

© suis-je ta femme seule bleue dans l'eau limpide, - 36° éditions, collection 8p46, mai 2013

 

8pA6_no76_couv_gd.jpg

 

je suis la femme debout au comptoir d'un bar buvant du vin

 

je suis la femme à chapeau en compagnie d'une autre femme à chapeau

 

je suis la femme vêtue de noir adossée contre le mur intérieur d'un théâtre

 

je suis la femme en jupe un livre posé sur les genoux seule passagère d'un compartiment

 

je suis la femme déshabillée assise sur un lit d'hôtel face à une trop grande baie vitrée

 

je suis la femme allongée sur un transat à côté d'autres femmes allongées sur un transat regardant le gris de la colline ou bien le bleu du ciel

 

je suis la femme attendant un homme sur une plage attendant que son chien ramène le bout de bois qu'il avait jeté

 

suis-je ta femme

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

présentation par l'éditeur / Que veut dire être femme entre le désir d'aimer et aimer le désir, dans l'intervalle fragile qui sépare l'autre de soi. Corinne Le Lepvrier aborde ce sujet avec délicatesse supportée par un rythme intérieur entraînant. LG

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

3 euros

commande auprès de l'éditeur 

http://www.edition-36.net/8pa6.html

 

ou de l'auteur

Anthologie personnelle -en partage avec le blog de l'association matière à mots-

http://matiereamots.hautetfort.com/le-passage-du-mois/

Publié dans anthologie

2013.05.25

Cupid, Kat onoma

http://youtu.be/1Cc0S9ayfhY

(en version accoustique)

2013.05.01

vases communicants avec Lou Raoul | 3 passages-textes | février, avril, mai 2013

Pimagic-super-photo (2).png

photographie de Corinne LL / Irlande, Baie de Dingle, 2008

 

J'ai le plaisir d'accueillir dans le cadre du dispositif "Vases communicants", Lou Raoul.

Tiers Livre (http://www.tierslivre.net/) et Scriptopolis (http://www.scriptopolis.fr/) sont à l'initiative du projet de vases communicants : Circulation horizontale pour produire des liens autrement. Programme qui a démarré le 3 juillet 2012.

 

Un échange poétique, littéraire, "chacun écrit sur le blog de l'autre" ; quelque chose qui s'écrira durant un temps non défini ; par voix de conséquence -les textes déposés se faisant d'une manière ou d'une autre résonances-

Présentations sont faites. On démarre le 1er février 2013 ...

 

vers le blog de Lou http://friches-et-appentis.blogspot.com

vers "le fédérateur" des échanges ; Pierre Ménard ; Liminaire    http://www.liminaire.fr/liminaire/article/les-vases-communicants

 
 
///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
 

tu te garderas et quoiqu'il advienne

à la fenêtre de la chambre haute

- crois-moi -

 

 

et si tu as bifurqué dans les lits de la contre-allée là où maintenant

tu ne t'assieds ne t'allonges ni plus rien

toute la nuit tu es une renarde

- ta langue humide -

qui me parle

(ce que tu me dis)

 

 

mais ta voix de plus en plus faible

je ne t'entends pas, je dis, je ne sais pas te mentir

un dimanche c'est le soir

les quatre tours du quartier sont tombées avec le tout

ça veut dire les deux mortes et

(ce qui reste sans nom)

 

 

quand je te dis que je ne t'entends plus

et que mes yeux sont vers toi à la fenêtre où tu te

- je m'en prie aussi -

 

 

garde-nous rassemblées

 

Lou Raoul / pour Vase Communicant du 1er février 2013

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
 
Mon premier passage-texte, Vases Communicants du 1er février 2013 sur le blog de Lou Raoul
 
 
/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
 

 

parfois ce n'est pas une chambre
mais toujours c'est
haut

à la fenêtre gerbière pour accéder une échelle
- son bois gris -
de coups de pied tu la fais parfois basculer
ronces broussailles par-dessus
notre presque silence couché rythmé
par tes jambes avec de la laine
par tes jambes avec de l'orage dans un champ de blé
par-dessus notre presque silence sourd à
(you're so hard to reach)

 

quand le froid nous serre
longtemps sur ta taille mes mains sur ton nom
ou dans tes cheveux longs à défaire


Lou Raoul / pour Vase Communicant du 5 avril 2013

 

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
 
Mon deuxième passage-texte, Vases Communicants avril 2013 sur le blog de Lou Raoul
 
 
/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

le cheval fauve je le retiens

là où j'attends la question de ton temps ces mots de ta bouche

par la fenêtre ça me va bien

 

de creuser la lézarde tu cesses

peut-être en murmurant en fredonnant vers moi ces mots

je t'entends plus distinctement alors vas-y

sur mon visage la jeunesse acceptée de tes lundis alors viens

tu respires épaules coudes poignets à tout le soleil

étrange étrangère à mes froids feux de paille tu fais bien

mieux

(be kind to yourself)

autrement et un autre hiver à nous remercier dirons-nous

 

tes pâles paupières  nous entrouvrent

-crois-moi-

et notre allant encore

 

Lou Raoul / pour Vase Communicant du 3 mai 2013

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
 
Mon troisième passage-texte, Vases Communicants du 3 mai 2013 sur le blog de Lou Raoul
 
 
/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Publié dans vases communicants