Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2014.06.12

Marché de la poésie de Paris (2014)

invitation signature marché2.jpg

 

le programme, les présences auteurs et éditeurs : http://poesie.evous.fr/-32e-Marche-de-la-Poesie-.html

(je serai aussi sur le stand des éditions Eclats d'encre pour le livre "Les multiples passages", le samedi 14 de 17H00 à 18H00, stand 304

2014.06.06

compréhension-appréhension #32

2014-06-06 21.23.26.jpg

2014-06-06 21.24.36.jpg

photographies / Is it me ? / juin 2014

 

_le sang cherchait sa circulation courant la chance d'une connivence

 

_dans l'attente de nouvelles spéculations nos chairs restaient accolées à nos os

 

© extrait du manuscrit inédit ;marches et/ou vacillations

 

2014.05.12

"livre pauvre" (somme toute) un ciel / dessins de Lou Raoul / mai 2014

(somme toute) un Ciel

 

collection ko:ra, les éditions du Pentamino, 2014

 

DSCF0567.JPGDSCF0562.JPG

 DSCF0564.JPG

 

le site de Lou Raoul  http://friches-et-appentis.blogspot.com

2014.05.08

compréhension-appréhension #31 _petite série plage sable

2014-05-04 16.29.46.jpg

_enterrée vivante ; ça fait belle lurette que je ne m'étais pas laissée faire

 se poser sur le sable surtout la tête

 

 2014-05-04 16.29.31.jpg

_plage de nos affaires toutes éparpillées

 

2014-05-04 16.30.02.jpg

 _la mer hier et ça ressemble à un rêve

 

installation et photographies de Néo Savidan (enfant) / Is it me ? / mai 2014

2014.05.07

-un brin- mélancolique

© -un brin- mélancolique, recueil de poèmes paru en mai 2014, La Porte

 

unbrinmélancolique.jpg

  Ce que je cherche c'est un monde, Hölderlin

 

extraits

 

; j'ai fini par commencer à ; écrire ; une fin en soi)

 

; cligne tes yeux autant que nécessaire ; entrouvre les arbres et regarde le lac bleuté, regarde le ciel de ta nuit et les étoiles s'unissant, laisse apparaitre la forme qui se veut, laisse apparaitre sa course ; puis saisis la bougie et garde sa flamme, saisis le mouchoir tombé à terre dans l'autre de tes paumes, serre le autant que nécessaire, mets-le dans ta bouche, avale le ; les viscères noircissent et le feu prend à ton lit, fumée en nuages ira s'accrocher à la lune ; survole et regarde les animaux agités de leurs mouvements, ta maison, la cloche sonne, on t'appelle, reste en dehors de ta maison, regarde les plaques de la terre trembler et l'éclair qui les brise ; saisis des morceaux de roches, mets les dans tes poches, gonfle en ta robe autant que nécessaire, refais tes lacets, va marcher dans l'eau du lac

 

; écrire ; tomber de haut -de soi- saisi uni -un instant- et s'user -à chaque fois- aux recommencements de s'élever ; verticale entichée d'une promesse sombre)

 

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Les éditions “La Porte” d'Yves Perrine proposent des recueils -assemblés cousus mains- de quelques 16 ou 24 pages, au format 10X14 et à la jaquette toujours beige. Avec toujours une prédilection pour les textes brefs et de qualité, qu'il distille six fois par an par abonnement. Chaque recueil est tiré à 200 exemplaires et reste disponible au prix de 3 euros à l'adresse d'Yves Perrine

 

3,75 euros

les 6 numéros annuels 18

Commande : Editions La Porte

 Yves Perrine, 215 rue Moise Bodhuin, 02000 Laon

  

2014.05.03

compréhension-appréhension #30

    DSCF0400 (2).jpg

 photographie / Is it me ? / février 2014

 

_ si peu de mes mains

si peu de mes phrases

mais ; d'elles 

quand elles puisqu’elles peuvent (dire)

 

© extrait du manuscrit tendre (sans atteindre) ou vers elles (asymptôtes

2014.04.09

extrait de ©"Liste provisoire de mes dernières découvertes sur ma vie -et autres listes"

 IMG_20140318_0001.jpg

 in Les carnets d'Eucharis 2, hiver 2014

 

Les carnets d'Eucharis, Poésie, littérature, photographie Arts plastiques

Rédaction : Nathalie Riera

le numéro 17 euros

commande et abonnement à la revue :

http://lescarnetsdeucharis.hautetfort.com/

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Une note de Florence Noel sur son site ; les chroniques asynchrones

http://chroniquesasynchrones.wordpress.com/2014/04/09/lexperience-dune-liste-corinne-le-lepvrier-dans-les-carnet-deucharis-2/

l’expérience d’une liste : Corinne Le Lepvrier dans les Carnets d’Eucharis 2

Première vraie rencontre, celle de l’écriture de Corinne Le Lepvrier. Sur trois pages, densément, s’échafaude une liste provisoire de ses « dernières découvertes sur sa vie »…. Les listes sont un mode organisé de la pensée, plus qu’une énumération, elles permettent la brièveté et de s’affranchir, en apparence, d’une hiérarchie, de cohérence contrainte, de l’élaboration d’une rhétorique, bref d’éviter les liens de causalités ou les liens de filiation (sauf si des listes s’enchâssent dans d’autres, ce qui n’est pas le cas ici). Aucun lien, en apparence seulement, parce qu’il apparaît rapidement que le Corinne Le Lepvrier, en égrenant ces brèves notices sur son enfance, ou sur son « être au monde enfant », ne parle que de cela, du « lien » et plus particulièrement, du « lien de filiation et de parentalité».

En tête de liste et ironisant sur les dire du Prophète de Khalil Gibran, Corinne nous assène la découverte magrittienne :

«/ Nos parents ne sont pas nos parents ».

Notre esprit de lecteur s’emballe : poser la filiation en abîme de la parentalité, c’est comme souligner ce lien qui transparait par toute cette force de l’absence et de la double négation posée en exergue.

Car la liste continue, sur le portrait du père « océanique » flux, mais reflux et roulement de cœur à cœur et de la mère « vent », passante, en surface et floue. Et de cette fille résultante, née « en avance ou pressée entre eux » : fille « mouette belliqueuse » mais « vive, vivante, vivace de mes écartèlements ».

Alors, la liste continue, enchevêtrant les pôles paternels et maternels de cette enfance « désolée ».

La mère, celle de la filiation du lait que «j’exècre », du liquide, du blanc, de tout ce qui noie, qui pose, appose, dépose, la mère « pas là » facilement

Le père : celui de la filiation du sang, du torse, des mots, des pieds : le père des « pas »

« / enfant mes pieds en équilibre drôle sur ses pieds et il marche ainsi et on rigole de mes pas sur ses pas »

Un portrait entrelacé, livré sur le dernier mot de la liste « provisoire ». Car c’est aussi l’amour des mots qui tient l’’enfant devenu adulte, comme une île. Pour ne pas se noyer.

Avec cette préférence, notée :

« / enfant, refaire le chemin à l’envers avec les pas dans les pas pour recommencer dans le sable »

Faire l’expérience d’une liste. Sous ses dehors formels, c’est entrer avec pudeur dans l’intimité qui se livre, s’incante. Une liste comme une intercession : délivrez-moi/exhaussez-moi de mes liens ?

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Une note de Marie-Christine Masset sur le site Recours au poème 

Les Carnets d'Eucharis, version papier, opus 2

http://www.recoursaupoeme.fr/revue-des-revues/les-carnets-deucharis-version-papier-opus-2/m-c-masset

 

« Eucharis me dit que c’était le printemps » écrivait Arthur Rimbaud dans Illuminations, ce Carnet 2 est luxuriance et luminosité. Nathalie Riera ne fait pas semblant avec la poésie, la littérature, la photographie, et les Arts Plastiques... Au Pas du Lavoir, lieu de rencontres et de paroles, laisse les voix plurielles approcher, saisir le lecteur, anthologie surprenante où foisonne et brille la force de la poésie, quelques étincelles entre autres, Fabrice Farre : « Je laisse cette chaise contre la mienne/je vieillis plus vite si j’oublie le temps/et le corps qui venait s’installer », Corinne Le Lepvrier : « /enfant petite en avance et pressée je pleure tout cela déjà : preuve que l’on n’a pas d’âge que l’on ne possède rien. »,

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Une note d'Isabelle Lévesque sur le site La pierre et le sel 

Les Carnets d’Eucharis | # Carnet 2 – 2014

http://www.typepad.com/services/trackback/6a015433b54391970c01a3fd063ee4970b

...

Inédites également les listes poétiques de Corinne Le Lepvrier :

« /enfant on garde ses trésors tout près du lit de l’oreiller où reposer la tête dans la poche de la robe chasuble dans le cartable dans le livre où déposer ses mains dans le sourire où se cacher […]

/enfant engoncée dans un anorak je suis potelée désolée il semble assise sur un banc comme posée déposée là ; je vais devenir une femme menue ; je vais rester petite ce sera ma forme désolée définitive je crois »

...

Publié dans en revues, en ligne

lecture avec d'autres -23 avril 2014

lecturelapéniche.jpg

10174984_287770718065103_8777110077546430489_n.jpg

photographies / It is me and Jacques ? / avril 2014